Catégorie parente: Le contexte
Catégorie : Les mesures en faveur des poissons migrateurs

Mieux connaître les stocks pour mieux les gérer

 

Différentes méthodes permettent d'obtenir des informations sur les flux de migration des amphihalins et sur l'évolution des populations. Des vidéo comptages, des piégeages et des pêches électriques sont réalisés tous les ans dans cet objectif. Ils ont lieu en eau douce.

 

Depuis le début des années 1990, des suivis sont réalisés afin d'évaluer les stocks et de suivre leur évolution. Ainsi, l'aménagement de stations de comptage sur des barrages dès 1990 fournit aujourd'hui une chronologie de près de 20 ans sur les flux de migration. De même, des pêches d'indices d'abondance de juvéniles de saumons réalisées depuis 1997 pour la plupart des stations permettent de caractériser la reproduction chaque année et d'ajuster le total autorisé de capture de géniteurs sur les bassins versants où il se reproduit. Des pêches électriques spécifiques pour les anguilles sont également réalisées afin de mieux évaluer le stock d'anguilles jaunes présent sur le milieu continental.

 

On distingue donc 3 types de suivis :

 

D'autres suivis tels que des comptages de frayères (lamproies et saumons) et de bulls d'aloses sont réalisés par ailleurs. Ils permettent de préciser la répartition des sites de reproduction.

 

 

 

Suivi des flux de migration des populations entre la mer et les eaux douces

Les déplacements des migrateurs amphihalins sont observés au niveau des barrages. Des systèmes de comptage sont installés afin de suivre les flux de migration. Il s'agit de stations de contrôle des migrateurs ; on en compte 14 en Bretagne. Elles permettent d'estimer les quantités de migrateurs en montaison et en dévalaison sur 10 bassins versants.

 

 

Localisation des stations de contrôle en Bretagne

 

Localisation des 14 stations de contrôle des migrations en Bretagne

(Source : BGM, 2012)

 

 

En plus des effectifs de chaque espèce, les suivis dans les stations de contrôle permettent d'obtenir les données suivantes par espèce :

 

Information collectée
Vidéo comptage
Piégeage
Date et heure de passage Oui Oui
Sens de migration Oui Oui
Identification du genre Oui Oui
Identification de l'espèce

Oui, sauf aloses et lamproies /

des difficultés entre les

truites fario et les truites de mer

Oui
Taille Oui Oui
Ablation de l'adipeuse (cas des Salmonidés) Oui Oui
Lecture des marques internes (type PitTag) Non Oui
Identification du stade * Oui (d'après la taille) Oui (d'après la robe)
Identification du sexe Non, sauf dimorphisme du bécard Oui
Identification de l'âge d'après lecture d'écaille Non Oui

Identification de l'individu

(cas des individus marqués individuellement)

Non Oui
Pathologie, parasite externe, malformation, etc. Non Oui

 

* L'identification du stade de développement est plus sûre lors d'une manipulation de piégeage qu'en vidéo car la vidéo ne permet pas de voir la robe du poisson. De même, les stades de smoltification et d'argenture ne sont pas différenciables à la vidéo. La taille de l'individu, le sens de migration et la période de migration sont toutefois des informations généralement suffisantes pour déterminer le stade.

 

En comparaison du vidéo comptage, les systèmes de piégeage permettent d'obtenir 2 types d'informations supplémentaires :

  • Informations individuelles sur les Salmonidés dans le cadre de suivis scientifiques particuliers
  • Détermination des espèces possible : distinction alose feinte / grande alose et lamproie marine / lamproie fluviatile
  • Une meilleure précision de la mesure de la taille. Selon l'étalonnage de la vidéo et les contraintes techniques (taille de la vitre, espace entre la vitre et la caméra, etc.), la taille des poissons observés en vidéo-comptage peut en effet être moins précise.

En revanche, le piégeage demande plus de main d'œuvre. Ces 2 méthodes de suivi des flux de migrations sont donc utilisées dans des objectifs différents.

 

De nombreux suivis des populations peuvent être réalisés grâce à ces données. Ils permettent non seulement de mieux connaître les espèces, mais aussi de suivre leur évolution : quantité de géniteurs, quantité de jeunes, périodes de migration, taille des individus, proportion de poissons issus d'élevage, etc. Autant d'informations qui serviront ensuite pour prendre les mesures nécessaires à leur sauvegarde.

 

 

Suivi de la population de saumon atlantique

Le réseau de suivi est aujourd'hui composé de 245 stations de pêche d'indice d'abondance Saumon prospectées tous les ans en Bretagne. En 1997, 7 bassins versants étaient prospectés à l'aide de cette méthode. Depuis 2011, 20 bassins versants font l'objet de ce suivi.

 

 

Agrandir la carte de localisation des 245 stations d'indices d'abondance Saumon

 

 

Localisation des 245 stations d'indices d'abondance Saumon en Bretagne

(Source : BGM, 2015)

 

Les suivis d'indices d'abondance de Saumon permettent d'obtenir de nombreuses informations sur cette espèce. 

 

Données brutes obtenues :
  • Date
  • Effectif de juvéniles de saumons capturé en 5 minutes sur les habitats de croissance
  • Taille individuelle (longueur à la fourche en mm)
  • Renseignements sur les conditions de pêche et sur la station (tendance du débit, turbidité, ombrage, colmatage, conditions hydrologiques, granulométrie, autres espèces présentes)
Suivi inter annuel de la reproduction

La plupart des stations sont suivies tous les ans depuis 1997. Chaque station fait l'objet d'un échantillonnage de la population de jeunes saumons par une méthode standardisée identique depuis le début du suivi. Cet ensemble de prospections constitue un réseau d'échantillonnage de juvéniles de saumons. Les courbes d'évolution inter annuelle des effectifs de juvéniles ainsi obtenues permettent de caractériser la reproduction annuelle.

 

Production de jeunes par bassin versant

La production de juvéniles de saumons de chaque bassin versant est ensuite évaluée grâce à la cartographie des habitats favorables à leur croissance. Cette cartographie fournit en effet la surface accessible des habitats favorables à la croissance des jeunes. Des calculs sont réalisés par la suite en fonction des taux de survie en eau douce et en mer afin de fixer le nombre maximal de géniteurs de saumons prélevable par les pêcheurs sur chaque bassin versant. Ceci permet en outre d'évaluer la contribution de chaque bassin versant dans la production de saumons en Bretagne.

 

 

Suivi de la population d'anguilles jaunes

Depuis le début du suivi en 2007, près de 600 stations ont été prospectées à l'aide de la méthode des indices d'abondance Anguille.

 

Agrandir la carte de localisation des stations d'indices d'abondance Anguille

 

Localisation des stations d'indices d'abondance Anguille en Bretagne

(Source : BGM, 2015)

 

Les suivis d'indices d'abondance d'Anguille permettent d'obtenir les informations suivantes :

  • Date
  • Taille (longueur en mm)
  • Aspect de la robe (information sur l'argenture)
  • Diamètres (horizontal et vertical) de l'œil et longueur des nageoires pectorales sont relevés dans certains suivis. Ces mesures permettent d'évaluer le degré d'argenture des anguilles.
  • Lecture des marques individuelles sur les bassins versants du Frémur et de la Vilaine
  • Renseignements sur les conditions de pêche et sur la station (hauteur d'eau, largeur en eau, % des faciès, habitats piscicoles, ripisylve, diversification des écoulements, colmatage, ombrage, végétation aquatique, tendance du débit, turbidité, conditions hydrologiques, ombrage, granulométrie, autres espèces présentes)

Un suivi de l'évolution des populations d'anguilles sur des bassins ayant déjà fait l'objet d'un état des lieux a été mis en place avec un retour tous les 3 à 5 ans. L'objectif est d'évaluer les actions de restauration de la continuité écologique et de suivre le front de colonisation de l'anguille. Le réseau est composé de 45 à 60 stations par département soit 15 échantillonnées chaque année. Ce suivi complète les suivis réalisés sur les bassins versants du Frémur et de la Vilaine.

En parallèle depuis 2013, un réseau de suivi du recrutement fluvial, dont l'objectif est d'évaluer le recrutement en jeunes anguilles, est échantillonné chaque année.

 

Les stations de contrôle et les stations d'indices d'abondance sont toutes géoréférencées. Toutes les données collectées dans le cadre de ces suivis sont bancarisées dans 2 bases de données au format défini par le SANDRE afin d'être intégrées dans le Système d'Information sur l'Eau (SIE).

 

Ces données ont pour principal objectif de fournir des informations sur l'évolution des espèces. Les indicateurs de l'Observatoire des Poissons Migrateurs en Bretagne sont construits et mis à jour grâce à ces suivis.

 


 

 

Lien vers la page sur les indicateurs et études

 

Pour connaître les suivis réalisés et les résultats obtenus, consulter les pages "Indicateurs et études"