L'origine natale des poissons migrateurs gravée dans une pierre d'oreille - Test sur quelques rivières bretonnes (actualité juin 2016)

Dans le cadre d'études menées par le CNRS et l'université de Pau, des têtes de saumons et des écailles ont été collectées en 2015 sur les rivières bretonnes par les pêcheurs

actualites 2016 N119

Dans le cadre des études menées par le CNRS et l'Université de Pau, des pêcheurs à la ligne ont participé à la collecte de têtes de samons en 2015 afin d'en étudier précisément leur origine grâce aux otolithes.

Qu'est qu'une otolithe ?

Un otolithe est une pierre formée de couches successives de carbonate de calcium déposées tout au long de la vie du poisson. Ces dépôts journaliers piègent des éléments chimiques issus entre autres de la composition chimique des eaux.

Les otolithes se situent dans l'oreille interne du poisson à l'arrière du cerveau.

Sur le bassin de l'Adour ?

Les signatures chimiques des rivières du bassin des Gaves, enregistrées dans les otolithes des poissons qui y résident, ont permis de définir une carte d'identité propre à chaque poisson : origine natale, rivière de grossissement, déplacement entre rivières de chimie différente et entre rivières et mer.

Ainsi, l'histoire de 180 saumons adultes a été reconstituée grâce à l'otolithe. 93 % de ces saumons proviennent du bassin de l'Adour dont une grande partie du bassin du gave d'Oloron (68%).

De quels bassins sont originaires les 7% de saumons égarés ?

Afin d'y répondre, un important travail de collecte a été entrepris sur d'autres bassins français et espagnols, dont ceux de la Bretagne.

Qu'en est-il en Bretagne ?

79 têtes de saumons ont été collectées sur 7 bassins bretons : l'Aulne, le Goyen, l'Odet-Jet-Steïr, l'Aven, l'Isole-Ellé, le Scorff et le Blavet.

Les otolithes de 24 saumons ont actuellement été analysés :

  • Il est possible que des saumons nés sur une rivière de Bretagne aient remonté le bassin de l'Adour pour s'y reproduire
  • Il est possible de discrimer plusieurs bassins bretons par la géochime des otolithes mais il reste essentiel de bien les caractériser, en particulier les affluents

 

Les résultats de ce programme seront mis en ligne sur le site de l'Observatoire des poissons migrateurs en Bretagne dès leur parution.

G. Bareille, A. Holub, H. Tabouret, S. Bérail

Laboratoire de Chimie analytique bio-inorganique (LCABIE), UMR 5254 IPREM/UPPA, Université de Pau et des Pays de l'Adour, Hélioparc Pau Pyrénées, 2 avenue de Président Angot, F-64053 PAU Cedex 9, France