DiadES - Projet européen pour la préservation des poissons migrateurs et le maintien des services qu'ils rendent face au changement climatique

Publié le 28 Mars 2019 dans Actualités
DiadES - Projet européen pour la préservation des poissons migrateurs et le maintien des services qu'ils rendent face au changement climatique

DiadES, 6 lettres pour désigner "diadromous fish and ecosystem services" (services écosystémiques et poissons migrateurs amphihalins face au changement climatique) ; un projet européen dédié à la préservation des poissons migrateurs et au maintien des services qu'ils rendent face au changement climatique et dont les pêcheurs de loisir en eau douce sont partenaires via l'Union des fédérations départementales des associations agréées de pêche et de protection du milieu aquatique du bassin Loire-bretagne (UFBLB).

Le projet DiadES est publiquement lancé jeudi 27 mars dans les 5 pays européens participants (Espagne, France, Irlande, Portugal et Royaume-Uni) par les 30 partenaires dont, pour la France :

  • IRSTEA (institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture), pilote français du projet
  • MNHN (muséum national d'histoire naturelle)
  • AFB (agence française pour la biodiversité)
  • CNPMEM (comité national des pêches maritimes et des élevages marins)
  • UFBLB (union des fédérations pour la pêche et la protection du milieu aquatique du bassin Loire-Bretagne)
  • DREAL Nouvelle-Aquitaine (direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement)

Ce projet est financé par le programme Interreg Espace Atlantique du Fond Européen de Développement Régional (FEDER), avec un budget de 2,2 millions d'euros, et sera mis en œuvre jusqu'en 2022.

Quels sont les objectifs du projet DiadES ?

Le saumon, les aloses, les lamproies et l'anguille, qu’ont-ils en commun ? Ce sont des poissons migrateurs qui ont la particularité d'utiliser à la fois les eaux douces et les eaux marines pour accomplir leur cycle de vie. En Europe, ces poissons dits amphihalins fournissent des services apportant bien-être et croissance économique aux populations locales concernées : approvisionnement en nourriture, services dits de régulation (il s’agit du seul flux de matière de la mer vers les rivières) et bien sûr des services récréatifs et culturels. Il s’agit d’espèces charismatiques aux cycles biologiques encore méconnus dont la gestion complexe bénéficie à la qualité de l’environnement et à de nombreuses autres espèces.

Or les activités humaines et le changement climatique menacent ces poissons emblématiques et leurs habitats. Bien que des mesures aient été prises, ces espèces et leurs habitats sont particulièrement vulnérables et la situation reste critique.

Le projet européen DiadES vise à améliorer la coopération transnationale afin de mieux préserver ces espèces. Il cherchera notamment à évaluer et renforcer les services écosystémiques rendus tout en prenant en compte les possibles changements de répartition géographique de ces espèces imposés par le changement climatique. Ainsi, de nouvelles interactions entre territoires sont susceptibles d’émerger, incitant à la mise en place de formes de gestion plus adaptées de ces poissons.

Pour atteindre ses objectifs, DiadES s'appuie sur une approche innovante ne se concentrant pas sur une seule espèce ni une seule zone géographique, mais envisageant une perspective multidisciplinaire et globale, dans le temps comme dans l’espace.

Le projet produira :

  • un atlas interactif cartographiant la répartition actuelle des poissons migrateurs amphihalins et des services écosystémiques qu'ils fournissent, anticipant les tendances d’évolution face au changement climatique et mettant en évidence de potentielles nouvelles interactions entre les territoires de l'Espace Atlantique.
  • un serious game ou jeu de rôle pédagogique, grâce auquel les acteurs impliqués dans la gestion de ces espèces pourront incarner différents rôles, et ainsi échanger sur les modalités de gestion et proposer des stratégies alternatives et innovantes.
  • des recommandations pour gérer les poissons migrateurs amphihalins à large échelle et intégrant le long terme, afin de maintenir et renforcer les services écosystémiques fournis par ces espèces dans l'Espace Atlantique.
  • une déclaration présentant les « nouveaux » objectifs de gestion de ces espèces dans l'Espace Atlantique et à l'étranger signée par tous les acteurs clés impliqués dans cette gestion.

Télécharger le communiqué de presse