Une année avec Eog ! épisode 9 - Une migration à contre-courant, parsemée d'embûches

Publié le 3 Juin 2019 dans Actualités
Une année avec Eog ! épisode 9 - Une migration à contre-courant, parsemée d'embûches

 

Illustration : Saumon essayant de franchir un obstacle sur le Léguer (© S. Jouon)

Pour réaliser l’intégralité de son cycle de vie, le saumon a besoin d’effectuer une migration entre la mer et l’eau douce pour se reproduire. Pour cela, il fait face à de nombreux obstacles…

 

Le saumon, un athlète de haut niveau

Les capacités de franchissement d’un obstacle sont étroitement liées aux capacités de nage et de saut qui dépendent elles-mêmes de la morphologie de l’espèce, de sa taille et de la température de l’eau.

La silhouette et la morphologie du saumon font de lui un très bon nageur apte au saut. Avec la truite de mer, il possède, au stade adulte, les plus grandes capacités de franchissement d’obstacles par nage et/ou saut :

  • Il peut nager à une vitesse de sprint de l’ordre de 4,5 à 6,5 m/s
  • Il peut franchir par saut des hauteurs de chute de l’ordre de 1 à 2,5 m

Toutefois, cette capacité est pondérée par les conditions physiques du poisson, la configuration de l’obstacle à franchir et les conditions que trouve le poisson au pied de l’obstacle :

  • Le saumon doit être en bonne santé. Plus un individu est grand, plus il saute haut et plus la fosse d'appel doit être profonde.
  • La hauteur de chute ne doit pas dépasser une hauteur proportionnelle à la longueur du poisson. 
  • L'obstacle ne doit pas être composé de plusieurs marches trop rapprochées sinon le poisson ne dispose pas d'un espace suffisant pour prendre son élan et atteindre la marche suivante.
  • Une fosse d'appel suffisamment profonde doit précéder l'obstacle afin que le poisson prenne de l'élan. La hauteur d'eau doit être suffisante au droit du barrage et les débits pas trop élevés pour que le poisson nage dès réception.Sinon, il est emporté en aval.

Une migration perturbée par la présence des obstacles

Quelle que soit sa hauteur, tout obstacle en travers du lit des cours d'eau est un frein dans la migration. Même s'il n'est pas totalement infranchissable, un barrage à franchir est une difficulté dans le parcours. Il occasionne une fatigue et/ou des blessures qui peuvent être fatales lorsqu'elles se multiplient.

Illustration : Impact des obstacles à l'écoulement sur les poissons migrateurs (© IMAGIC pour BGM)

Les obstacles à la migration de remontée des saumons peuvent limiter partiellement voire totalement l’accès aux zones de frayères. Au niveau démographique, cela se traduit par une baisse des abondances voire une disparition totale de l’espèce sur un cours d’eau.

L’impact cumulé d’un grand nombre d’ouvrages sur un cours d’eau peut s’avérer conséquent, même si aucun obstacle majeur n’est identifié. Les conséquences induites sont la perte d’individus qui ne parviennent pas à franchir l’ensemble des obstacles mais également l’épuisement des individus. Une étude menée en 1999 et 2000 sur l’Aulne (radiopistage) a montré que seulement 4,3 % de la population de saumons était susceptible d’atteindre les zones favorables à la reproduction à cause des 26 obstacles à franchir entre Châteaulin et l’Aulne rivière.

Le cumul d’obstacles sur un cours d’eau induit ainsi des retards à la migration allant jusqu’à compromettre la reproduction. Si l’arrivée des géniteurs sur les frayères est trop tardive, la reproduction peut se révéler inefficace en raison de conditions environnementales contraires à la bonne survie des œufs.

Illustration : impacts des obstacles à l'écoulement sur les habitats aquatiques (IMAGIC pour BGM)

En plus de contraindre la migration des saumons, les obstacles provoquent l’altération voire la disparition d’habitats propices à la reproduction en raison de l’ennoiement et du colmatage du substrat. La modification des écoulements vers une retenue d’eau stagnante entraîne également le réchauffement de l’eau et la diminution de l’oxygène dissous, paramètres auxquels le saumon est très sensible.

Quelles solutions ?

Restaurer et garantir la migration des saumons vers leurs zones de reproduction participent à leur maintien. Plusieurs solutions existent pour réduire voire annuler l’impact négatif des obstacles à leur remontée, allant de l’effacement de l’ouvrage pour un gain écologique maximal à la passe à poissons, solution partielle qui ne permet pas le franchissement de 100% des poissons ni le passage des sédiments.

… Prochain épisode mi-juin

Pour lire ou relire les précédents articles de la chronique "Une année avec Eog... Un saumon de Bretagne!"

Pour en savoir plus sur l'année internationale du saumon