Etat de la population de saumons

Les quantités de saumon capturées par les pêcheries sont en forte chute en mer. La pêche du saumon atlantique est interdite dans les plus grands fleuves français.

Captures de saumon atlantique en Europe

Captures de saumon atlantique (Tonnes) sur son aire de répartition en Atlantique Nord depuis 1960 (Source : ICES)

Le Saumon atlantique est une espèce qui présente un intérêt halieutique fort. Cette espèce est le poisson le plus consommé en France. La part de saumon sauvage dans la consommation humaine est minime ; cependant, les enjeux halieutiques demeurent.

La quantité de poissons capturés témoigne de la diminution du stock de saumons sauvages. Elle n'est pas le reflet de la chute de la consommation.

 Une espèce menacée...

Le saumon de l'Atlantique Nord fait partie des espèces menacées dans le classement de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

Classement UICN du saumon

Échelle de classement UICN

Lire l'extrait du dossier de presse de la liste rouge des espèces menacées en France (UICN, 16 décembre 2009)

Le saumon atlantique fréquente la plupart des bassins versants situés à l'Ouest d'une ligne Saint-Brieuc (22) / Vannes (56).

 

Au total, le saumon est présent sur 29 bassins versants et l'évolution de la population est suivie sur 23 bassins versants.

 

 

Agrandir l'image

 

 

La population située à l'Ouest de la Bretagne se distingue génétiquement de celle du Couesnon, fleuve qui conflue en baie du Mont-Saint-Michel dont la population fait partie de la souche bas-normande.

 

A chaque étape du cycle biologique, des mortalités interviennent. Elles peuvent avoir une origine naturelle (crue, sécheresse, prédation entre espèces, compétition entre individus, etc.). Mais elles ont aussi souvent une origine anthropique.

La quantité de géniteurs et leur âge informent sur la quantité potentielle* de jeunes produite sur chaque bassin versant. Le suivi des remontées a pour objectif de mieux évaluer la survie en mer afin d'adapter si besoin les mesures de protection de l'espèce.


Les quantités de saumons qui remontent les fleuves sont suivies en 6 sites en Bretagne.

* en l'absence de perturbation, la quantité théorique de smolts peut être calculée d'après la quantité et la taille des femelles

Plus de 400 000 jeunes saumons naissent chaque année dans les cours d'eau bretons. Tous ces jeunes saumons naissent dans des endroits choisis par leurs parents pour assurer une survie optimale à leur descendance.

Radier_FDPPMA35

Les eaux courantes, fraîches et bien oxygénées des ruisseaux de têtes de bassin versant sont les zones indispensables à la production de jeunes saumons.

En décembre, les mâles et les femelles se rejoignent sur les radiers, zones courantes de faible profondeur, afin d'y aménager leurs frayères. Les alevins en émergent en mars-avril puis restent sur les radiers pendant un an avant de se métamorphoser en smolt apte aux conditions de vie en mer (salinité, obscurité, ...).

Lire les pages de description du Saumon atlantique

La production de jeunes dépend de la survie aux étapes successives du cycle biologique. Les taux de survie diffèrent à chaque stade de développement. Ils varient selon les conditions de vie au cours du stade en question (crue, sécheresse...) et selon le cours d'eau : quantité d'abris et de nourriture disponibles, qualité de l'eau... En outre, d'autres mortalités s'ajoutent en raison de la présence d'obstacles aux migrations. Lors de la dévalaison, des smolts peuvent mourir s'ils passent dans les turbines hydroélectriques ; en montaison, les barrages provoquent des retards de migration et peuvent parfois devenir complètement infranchissables lors de faibles niveaux d'eau, notamment pour les plus petits individus. Les obstacles sont d'ailleurs de moins en moins facilement franchissables pour les saumons dont la taille diminue en raison des changements du milieu marin (réchauffement climatique).

Sur le Scorff (56), la dynamique de la population des saumons est étudiée suffisamment dans le détail pour évaluer les taux de survie lors des stades successifs de développement en eau douce. Les poissons échantillonnés lors des captures par piégeage ou par pêche à l'électricité sont en effet marqués individuellement. Ces opérations coûteuses et exigeantes en termes de compétence et de contrainte de présence ne peuvent pas être réalisées de façon exhaustive sur tous les bassins versants ou l'espèce est présente. Les études et les suivis réalisés sur le Scorff constituent une référence pour le suivi de l'espèce sur les autres bassins versants.

Les taux de survie obtenus dans le cadre de ce suivi ne sont pas identiques tous les ans. De plus, ils varient d'un fleuve à l'autre. Ils fournissent toutefois un ordre de grandeur.

Télécharger le bilan de suivi du stock de saumon sur le Scorff - Synthèse 1994-2015

Accéder au site de l'Observatoire de recherche en environnement Petits Fleuves Côtiers

L'évaluation de la production annuelle de jeunes saumons sert à la fois à suivre l'évolution de l'espèce et à déterminer la quantité de saumons adultes capturables par les pêcheurs de loisir aux lignes sans nuire à la préservation de l'espèce.

La production de tacons

Ces centaines de milliers de tacons estimées en eau douce chaque année semblent constituer une production élevée de jeunes. Ces effectifs ne sont pourtant pas extraordinaires ! Cette espèce fait l'objet de nombreuses pressions à tous les stades de son cycle de vie. Sur certains bassins versants, il s'agit davantage de problèmes de continuité lors des migrations. Sur d'autres, les problèmes identifiés peuvent être le colmatage des frayères, les crues, les pollutions, etc. Ces différentes pressions peuvent parfois s'accumuler sur certains bassins. La diminution progressive des quantités de captures en mer illustre les difficultés de l'espèce pour assurer le renouvellement des générations et ne permet donc pas de dire que la production actuelle de tacons en eau douce suffise pour préserver l'espèce.

La dévalaison des smolts

Les effectifs de smolts sont difficiles à évaluer directement par le comptage des individus dévalant. La production de smolts est estimée à l'aide des échantillonnages de tacons lors des pêches d'indices d'abondance sur les bassins versants en comparaison du suivi réalisé sur le Scorff.

Le comptage des frayères

Les frayères de grands salmonidés (saumon atlantique et truite de mer) sont reconnaissables et peuvent donc être dénombrées. Des comptages sont réalisés sur certains bassins versants. Les contraintes d'observation et de mise en œuvre ne permettent pas d'utiliser cette information pour évaluer la production de jeunes.

Une attention particulière doit être apportée à l'évolution des stocks de saumon atlantique compte tenu des nombreux facteurs qui font varier les mortalités à tous les stades. Il est d'autant plus important d'augmenter la production de jeunes en eau douce que les changements du milieu marin liés au réchauffement climatique introduisent des inconnues sur la survie en mer. Les dernières études montrent que les saumons de retour de mer sont plus petits qu'auparavant.

L'augmentation des surfaces de production accessibles pour les géniteurs et fonctionnelles pour les stades de l'œuf au smolt ainsi que l'amélioration des conditions de croissance des jeunes constituent donc une priorité pour préserver l'espèce (Extrait du PLAGEPOMI 2013-2017 des cours d'eau bretons (Lire l'état des lieux de la population de Saumon atlantique).


Pour aller plus loin...