Catégorie parente: Le saumon atlantique
Catégorie : Etat de la population de saumons

La quantité de géniteurs et leur âge informent sur la quantité potentielle* de jeunes produite sur chaque bassin versant. Le suivi des remontées a pour objectif de mieux évaluer la survie en mer afin d'adapter si besoin les mesures de protection de l'espèce.


Les quantités de saumons qui remontent les fleuves sont suivies en 6 sites en Bretagne.

* en l'absence de perturbation, la quantité théorique de smolts peut être calculée d'après la quantité et la taille des femelles

 

 

Saumon atlantique (NostressFishing)

 

 

Des géniteurs de saumons remontent chaque année dans des cours d'eau bretons.

 

23 bassins versants sont fréquemment colonisés par l'espèce qui tente d'accéder aux zones de source pour s'y reproduire.

 

Ci-contre, un saumon capturé dans le Finistère en aval du bassin de l'Aulne.

 

 

 

 

Les stations de suivi sont installées sur des points de blocage des migrations au plus près de l'estuaire. En aval des obstacles, les poissons sont orientés dans des pièges ou des passes. Les effectifs de géniteurs migrants sont évalués dans ces stations.

 

La configuration des sites (espace disponible, usage à respecter, relief, etc.) constitue un élément contraignant de l'aménagement et de la conception des dispositifs de franchissement (passe à poisson). Ces contraintes imposées font que l'efficacité maximale des passes et des pièges ne peut pas être assurée. En outre, il est nécessaire d'évaluer l'échappement. Les plus gros individus peuvent en effet échapper aux comptages en franchissant l'obstacle sans passer par le piège.

 

Agrandir la carte

 

 

Seule la station de contrôle du Scorff fait l'objet d'une estimation de l'efficacité du piège pour la montaison des géniteurs.

 

Le suivi de la station de contrôle du Moulin des Princes sur le Scorff (56) est utilisé comme référence dans l'étude des populations de saumon en France. Un système de marquage individuel permet d'identifier chaque saumon lors de ses migrations anadrome et catadrome au niveau du piège. Des recaptures de géniteurs sont organisées afin d'évaluer la proportion de saumons marqués et non marqués en fin de période de migration.

 

* Sur le Couesnon, dans le cadre du projet de désensablement de la baie du Mont-Saint-Michel, un échosondeur a été installé à Pontorson en avril 2010 afin de suivre les migrations de saumon. Le syndicat mixte a confié ce suivi à un bureau d'étude dans le cadre du suivi de l'impact environnemental de ce projet.

 

Plus d'informations sur le suivi environnemental du projet de désensablement de la baie du Mont-Saint-Michel sur : http://www.projetmontsaintmichel.fr/les_travaux/environnement.html#49

 

Résultats des suivis inter annuels des stations de comptage de saumons en montaison

 

Agrandir l'image

 

Ce graphique présente les fluctuations des effectifs de saumons en montaison selon les années.

 

De 2004 à 2010, les effectifs de l'Aulne et du Scorff sont très semblables et suivent les mêmes évolutions. Seule l'année 2006 se distingue avec des remontées supérieures sur le Scorff. Pour tous les bassins suivis, 2004 et 2010 apparaissent comme les meilleures années de montaison. La taille du bassin de l'Aulne (1821km²) presque 4 fois supérieure à celle du Scorff (480km²) pourrait laisser supposer des effectifs de remontées très supérieurs sur l'Aulne. Le degré d'anthropisation de ce fleuve lié à sa canalisation est à l'origine de nombreuses perturbations de l'Aulne (augmentation de la température de l'eau, suppression d'habitats d'eau courante, obstacles aux migrations, etc.).

Les effectifs de remontée présentent des variations différentes sur l'Élorn qui se maintient à un bon niveau depuis le début du suivi en 2007.

Sur le Couesnon, le programme de restauration du saumon a été efficace puisque les retours de géniteurs se maintiennent à une moyenne de 49 saumons entre 1994 et 2010.

Le résultat du suivi des saumons étant anecdotique sur la Vilaine, il ne figure pas sur le graphique. Sur la Doufine, les données de suivi ne sont pas exploitées à l'heure actuelle.

 

Les stations de l'Aulne, de l'Élorn et de la Vilaine sont équipées d'un Système de Surveillance Informatisée des Passes à Poissons (SYSIPAP, SCEA). Ce système est constitué de 2 logiciels : l'un détecte et enregistre les passages d'organismes (poissons ou autres) devant la paroi vitrée ; l'autre lit et saisit les informations. Il permet de dénombrer les individus en migration anadrome et catadrome qui transitent via la passe à poissons.

 

Télécharger la plaquette de présentation de SYSIPAP (SCEA)

 

 

Une information utile mais incomplète

 

Il est utile de connaître la mortalité aux étapes successives du cycle biologique. Cela permet d'identifier les facteurs les plus impactants sur la survie lors des stades successifs.

 

Les effectifs de géniteurs en montaison fournissent des informations à la fois sur la survie en mer et sur le potentiel reproducteur en rivière.

 

Plusieurs suivis permettent d'évaluer la quantité de smolts qui partent en mer (Lien vers les pages sur la production de jeunes). Les résultats montrent que, pour le saumon de l'Atlantique Nord, les principaux problèmes se trouvent en mer. Compte tenu des difficultés à résoudre les problèmes qui résident en mer, il convient d'améliorer la survie de l'espèce en eau douce.

 


 

 

Plus d'information sur les suivis des flux de migration dans les stations de contrôle :