Etat de la population d'anguille

Le stock d’anguilles est en déclin, en Bretagne comme ailleurs

Le déclin continu des arrivées de civelles depuis 1980 place aujourd'hui l'espèce à un niveau critique.

 

De multiples pressions s'exercent sur l'anguille : pêche à tous les stades, construction de barrages, pollution, assèchement des marais et zones humides, introduction de parasites, etc.

 

Les débarquements à l’échelle européenne et les indices d’abondance au stade civelle indiquent un déclin continu de l’espèce, dont les niveaux d’abondance se situent à un niveau critique. Le Plan de gestion européen intervient après trois décennies de déclin des arrivées de civelles. Il indique que le stock doit être remonté dans chaque unité de gestion à 40% du niveau qu’aurait le stock en l’absence d’impact anthropique, sans fixer pour l’instant d’objectif clair pour ce qui est des échéances de la restauration. Or jusqu’à aujourd’hui, les arrivées de civelles ont été divisées par deux tous les 5 ans. Les suivis réalisés en France ne montrent pas d'amélioration. Le plan de gestion européen représente un espoir pour sauver l'espèce.

 

Classement UICN de l'anguille européenne

 

Échelle de classement des espèces (UICN)

 

 

Des suivis à chaque stade pour évaluer l'état de l'espèce

Des suivis sont réalisés à chaque stade du cycle biologique : le stade civelle, le stade anguille jaune et le stade anguille argentée. Les suivis du stade larvaire ne sont pas de la responsabilité nationale.

 

 

 

Agrandir l'image

 

 

Suivis réalisés à différents stades de développement

 

 

 

La dispersion des anguilles dans tous les milieux aquatiques de tous les bassins versants de Bretagne en rend le suivi difficile. Elle peut théoriquement subir des mortalités très importantes sur un bassin versant et être totalement préservée dans un autre. Le caractère migrant de deux stades, l’anguille argentée et la civelle dans les estuaires augmente la vulnérabilité de ce poisson grand migrateur. Les estuaires constituent des lieux de passage obligés pour ces 2 stades migrants. Pour suivre l'évolution de l'espèce, il suffit de suivre les anguilles à leur arrivée et au départ du continent.

 

D'importants moyens sont mis en place pour suivre son évolution. Ils concernent à la fois la phase sédentaire et les 2 phases migrantes (montaison et dévalaison). En Bretagne, les suivis réalisés concernent ces 3 phases :

 

Notons toutefois que ces suivis ont débuté alors que les effectifs avaient déjà beaucoup diminué.

 

 

Renouvellement des générations : capital pour la survie d'une espèce

La reproduction de l'anguille européenne n'a encore jamais été observée. Il n'existe donc pas d'autre moyen pour connaître la réussite de la reproduction que de suivre le recrutement. C'est-à-dire d'estimer la quantité de civelles qui arrivent dans les estuaires. Le suivi du recrutement est donc le principal indicateur du renouvellement des générations.

 

Les suivis de pêcherie et les suivis dans les passes aménagées sur les barrages sont les deux principaux moyens pour évaluer les tendances du recrutement au niveau européen. Les meilleures séries sont cependant des séries scientifiques de captures expérimentales avec un protocole et des engins calibrés.

La survie des différents stades est-elle suffisante pour assurer le renouvellement des générations ?

 

Recrutement-civelle_Plan-gestion-france

 

Évolution du recrutement de civelles dans les principaux estuaires français

 

(Extrait du plan de gestion anguille de la France)

 

 

Sur le graphique ci-dessus, on constate que les effectifs actuels frôlent les effectifs les plus bas jamais observés. Et, les quantités de jeunes ne remontent pas. Il semble donc que le renouvellement des générations ne soit plus assuré.

 

Par ailleurs, de fortes pressions se sont exercées sur les milieux aquatiques dans le passé et continuent d'avoir des conséquences sur les espèces : dégradation des zones humides, construction de barrages, pollutions, etc. Il est difficile d'évaluer quantitativement l'impact de chacune de ces pressions sur les espèces. Leurs effets cumulés s'ajoutent aux autres pressions telles que la pêche à tous les stades, et aggravent la situation de l'espèce.

 

 

 

Une inconnue : la quantité de géniteurs qui partent en mer

Les anguilles argentées en âge de se reproduire s'échappent vers la mer tout au long de l'année. Les départs sont toutefois concentrés à l'automne lors des coups d'eau. Les anguilles économisent ainsi leur énergie pour la descente de la rivière et augmentent leur chance de survie avant d'arriver en mer.

 

Des calculs basés notamment sur les densités d'anguilles observées dans les cours d'eau lors de pêches à l'électricité sont utilisés pour prédire les quantités d'anguilles argentées. L'objectif du plan de gestion de l'anguille européenne est de laisser partir en mer 40% de la biomasse pristine.

 

Un système de comptage des anguilles argentées a été installé sur le barrage d'Arzal en 2012. Il devrait permettre une meilleure estimation de la production de géniteurs sur le bassin de la Vilaine.

 

Malgré tous ces efforts, il est impossible de savoir si les mesures prises seront suffisantes pour assurer la survie de l'espèce. En outre, on ne sait pas si l'objectif fixé dans le plan de gestion de l'anguille européenne (proportion de 40% des anguilles argentées qui partent en mer) permet d'assurer la survie de l'espèce. Une chose est sûre cependant : le nombre de jeunes continue de diminuer... et les prévisions ne sont guère optimistes.

 

 

Vers des mesures de gestion plus sévères ?

D'importants moyens sont mis en œuvre pour évaluer l'état de l'espèce, y compris en Bretagne dans le cadre du programme "Poissons migrateurs" du contrat plan État-Région. Les résultats des suivis ne démontrent pas actuellement que la survie de l'espèce est assurée. De nouvelles mesures de gestion devront probablement être envisagées à l'issue du plan de gestion si on n'observe pas d'amélioration garantissant la survie de l'espèce.

 

 


 

Lien vers les résultats par bassin versant

 

Cliquer sur l'image pour connaître les résultats de ces suivis par bassin versant