Suivi des effectifs d'anguilles aux passes-pièges

Le recrutement fluvial correspond à la part de jeunes anguilles qui migrent vers l'amont du fleuve pour coloniser les eaux douces. Il s'agit de la migration anadrome du cycle biologique de l'espèce. Ce sont les individus de petite taille (<12 cm) qui ne se sont pas encore sédentarisés en eau douce.

L'évolution du recrutement fluvial est évalué lors de la migration anadrome des anguilles piégées dans les stations de comptage où les anguilles sont dénombrées. En Bretagne, le recrutement fluvial est actuellement suivi dans 4 sites dans les estuaires ou à proximité. Il s'agit des estuaires du Frémur (22/35), du Gouessant (22), de la rivière de Pont l'Abbé (29) et de la Vilaine (56). Les suivis avaient auparavant lieu sur 3 autres sites mais ont cessé en 2000 sur l'Oust, en 2006 sur la Rance et en 2008 sur la Vilaine à l'écluse de Malon.

2018 ANG station comptage

Localisation des stations de comptage des anguilles en montaison (Source BGM)

Suivi de la migration des anguilles au niveau des passes-pièges en Bretagne

Au début des années 2000 et jusqu'à 2005, une sévère chute des effectifs d'anguilles est observée en tous points de la Bretagne. depuis 2006, le recrutement fluvial tend à augmenter malgré de fortes variations annuelles. Ainsi, les plus fortes remontées ont été observées en 1998 et 1999 sur le Frémur (Bois Joli et Pont es Omnes) et en 2006, 2010, 2012 et 2013 sur le Gouessant (Pont Rolland). Sur la façade Sud de la Bretagne, les plus fortes remontées ont été observées en 2013 et 2014 (Arzal sur la Vilaine). 

 

Évolution du recrutement fluvial au niveau des stations de comptage en Bretagne (passe-pièges) (Source : Bretagne Grands Migrateurs, Lamballe communauté, FDPPMA 22, FDPPMA 29, EPTB Vilaine)

  1. Sur le Frémur
  2. Sur le Gouessant
  3. Sur la rivière de Pont-l'Abbé
  4. Sur la Vilaine

L'anguille doit franchir 4 barrages en 5600 mètres dès l'estuaire du Frémur avant de coloniser le bassin versant.

C'est la distance que sépare le barrage de Roche Good, premier obstacle dans l'estuaire, et le barrage de Bois Joli. Trois autres barrages totalement infranchissables lui succèdent. Chacun dispose d'un dispositif de franchissement pour les jeunes anguilles et les barrages de Pont es Omnes et de Bois Joli d'un dispositif de comptage permettant de les dénombrer.

Le suivi a débuté en 1996 sur les barrages de Pont es Omnes et de Bois Joli. Les comptages ont lieu sans interruption tous les 3 jours en moyenne (la fréquence des relèves augmente lors des pics de migration). Depuis 2012, le piège de montée au niveau de Pont es Omnes n'est plus en fonctionnement.

Pour connaître chaque site de piégeage, télécharger la fiche descriptive correspondante :

Carte de localisation des barrages sur l'aval du FrémurRésultats des suivis

 La quantité de jeunes anguilles qui colonisent réellement le bassin du Frémur est révélée par le comptage de Bois Joli, barrage le plus amont. Depuis le début des suivis, les effectifs de jeunes anguilles sont très fluctuants.

Évolution des effectifs de jeunes anguilles comptées sur le Frémur (Source : FishPass pour MNHN, 2017)

Télécharger le dernier rapport de suivi des migrations d'anguilles et évaluation des stocks en place sur le Frémur en 2016

Le barrage de Pont Rolland est situé à 2km de la mer et moins de 400m de la zone d'influence de la marée. Les anguilles piégées à cet endroit arrivent tout juste de la mer et présentent des caractères de civelles.

Le suivi est réalisé tous les ans depuis 2004. Le piège est relevé pendant toute la période de montaison des anguilles. Elles sont dénombrées puis relâchées en amont du plan d'eau.

Pour connaître le site de piégeage, télécharger la fiche descriptive

Carte de localisation du barrage de Pont Rolland sur le Gouessant

Résultats des suivis

Les civelles arrivent au pied du barrage de Pont Rolland quelques mois après leur arrivée sur la façade Atlantique. Selon les années, les premières arrivées ont lieu entre le 12 juin et le 12 juillet. Les effectifs d'anguillettes qui franchissent le barrage de Pont Rolland par le biais de la passe fluctuent fortement.

 

 Évolution des effectifs d'anguillettes piégées à Pont Rolland (Source : FDPPMA22 pour Lamballe Communauté, 2014)

Télécharger le rapport de  Suivi de la passe piège à anguilles de Pont Rolland et de la population d'anguilles sur le Gouëssant (Rapport 2013, dernière année du suivi à la station de piégeage de Pont Rolland sur le Gouëssant) et le rapport de Suivi de la population d'anguilles sur le Gouessant selon la méthode des indices d'abondance anguille (Rapport 2014)

Le barrage du Moulin Neuf est situé sur la rivière de Pont l'Abbé à moins de 3 km de la zone d'influence de la marée. 

La passe-piège a été mise en fonctionnement le 01/02/2002. Le piège est relevé chaque année pendant la période d'arrivée des civelles.

 Pour connaître le site de piégeage, télécharger la fiche descriptive

Localisation du barrage du Moulin Neuf

Résultats

Depuis 2007, les anguilles piégées sont dénombrées par classe de taille (civelles, anguillettes, anguilles). Auparavant, il s'agissait d'un effectif total. Depuis 2008, la part relative de civelles dans le recrutement fluvial représente près de 3/4 de la population migrante piégée au niveau du barrage de Moulin Neuf.

 Évolution des effectifs annuels d'anguilles piégées au barrage du Moulin Neuf sur la rivière de Pont l'Abbé (Source : FDPPMA 29, 2017)

Hormis en 2014, les migrations se réalisent sur deux périodes distinctes au printemps et en été. Ainsi sur la rivière de Pont l'Abbé, 50% du total de la migration des civelles est atteint entre mi-juin et mi-juillet. Le seuil de 80 % est atteint durant les deux dernières semaines de juillet.

Télécharger le rapport de suivi 2016

Le barrage d'Arzal a été construit en 1970 dans l'estuaire du fleuve. 

Le suivi des anguilles en montaison est réalisé depuis 1996. Bien que situé dans l'estuaire, le piège ne permet de capturer que les individus qui ont un comportement de nage active. A l'inverse, les civelles portées par le courant ne sont pas dénombrées dans ce piège car elles ne sont pas capables de nager ou de ramper pour monter sur la rampe à anguilles.

Les comptages ont lieu sans interruption pendant toute la durée de la montaison. Les anguilles sont dénombrées puis relâchées en amont.

2 passes à anguille sont aménagées sur le barrage d'Arzal en estuaire de Vilaine : l'une en rive gauche, l'autre en rive droite.

Pour connaître le site de piégeage, télécharger les fiches descriptives :

Carte IGN Arzal

Résultats

Les informations collectées sur le barrage d'Arzal au sujet de l'anguille sont nombreuses. Les études scientifiques menées par l'Institution d'Aménagement de la Vilaine au sujet des migrateurs sont disponibles sur le site internet de l'IAV grâce au lien suivant : http://www.eptb-vilaine.fr/site/index.php/les-migrateurs

Tant que les conditions de température et de salinité ne leur conviennent pas, les civelles ne nagent pas mais sont portées par le courant de la marée montante. Elles se concentrent alors dans l'estuaire au pied du barrage. Cette configuration de l'estuaire due à la présence du barrage améliore la capturabilité des civelles par la pêcherie en aval du barrage. Les passages d'anguilles dans la passe n'a lieu que lorsque les 2 conditions suivantes sont réunies :

  • s'il reste des civelles dans l'estuaire après l'atteinte des quotas de pêche
  • si les conditions de salinité et de températures conviennent

L'année 2016 s'inscrit dans un contexte où de nouveau la pêcherie, gérée avec des arrêts de pêche, laisse échapper des civelles. ainsi, les migration s de janvier et février sont les plus fortes jamais enregistrées pour ces mois.

 2016 recrutement fluvial Vilaine   

Comparaison des migration s de civelles de l'année 2016 bà la tendance historique (en gris : valeurs minimale et maximale ; en bleu foncé : valeur maximale ; en bleu clair : valeur supérieure à la moyenne ; en orange : valeur inférieure à la moyenne)  (Source : EPTB Vilaine)

2016 recrutement fluvial Vilaine 2

Bilan migration du piège principal en rive gauche (Source : EPTB Vilaine)

Les migrations d'anguilles jaunes sont extrêmement variables d'une année sur l'autre. Globalement, la période récente montre une augmentation de la migration d'anguilles jaunes depuis la mise en oeuvre du plan de gestion. La majeure partie des effectifs concerne des petites anguilles d'âge zéro et un, puis la migration diminue pour les classes d'âge suivantes.

2016 recrutement fluvial Vilaine 3

 Migration cumulée des anguilles jaunes entre 1995 et 2016 pour la passe en rive gauche bleu foncé) et la passe en rive droite (bleu clair) (Source : EPTB Vilaine)

La migration a un caractère saisonnier très marqué avec des pics de migration en avril-juin et septembre. Les débits de la Vilaine et les coefficients de marée sont des facteurs prédicteurs de l'intensiité migratoire.

Télécharger le rapport du suivi du recrutement fluvial sur la Vilaine en 2016 (suivi des passes-pièges)