Effectifs de lamproies marines aux stations de comptage

Effectif de lamproies marines aux stations de comptage 2018  : 1885

Situation 2018 & tendance récente

Vidéocomptage de Châteaulin sur l'Aulne : picto moyen MOYENNE picto enhausse EN FORTE HAUSSE
Piégeage du Moulin des Princes sur le Scorff : picto mauvais MAUVAISE picto enbaisse EN FORTE BAISSE
Vidéocomptage d'Arzal sur la Vilaine : picto mauvais TRES MAUVAISE
picto enbaisse EN FORTE BAISSE

 

Source : FDAAPPMAs 29 et 56, SMATAH, INRA-U3E, EPTB Vilaine - Mise à jour : 21/10/2019

 

Les modifications apportées aux conditions de vie (obstacles aux déplacements vitaux, dégradation des habitats piscicoles et de l'eau) et le réchauffement de la planète et ses nombreuses conséquences dans tous les compartiments des écosystèmes influent directement sur les stocks de lamproies marines. Sur le bassin bretons, elle est observée sur la partie aval de la plupart des cours d’eau.

Lire l'article sur l'état d'avancement de la restauration de la continuité sur les cours d'eau bretons classés en liste 2

lamproie marine leffHubert Catroux

Les remontées de géniteurs de lamproie marine aux stations de comptage en Bretagne

Depuis le début des années 90, des suivis permettent en Bretagne d’obtenir des informations sur les flux de migration en vue d’évaluer l’état des populations de lamproies marines et suivre leur évolution. Les stations de contrôle des migrations permettent de compter en continu les passages de poissons. Implantées à l’aval de cours d’eau principalement au niveau de seuils équipés d’un dispositif de franchissement (passes à poissons) ou d’un système de piégeage. En Bretagne, 2 vidéo-comptages et 1 une station de piégeage suivent toute l’année les migrations de lamproies marines.

2019 LPM station comptage

Le vidéocomptage consiste à filmer en continu les poissons franchissant la passe, à travers une vitre située sous le niveau de l'eau. Un logiciel d’analyse d'images détecte tout objet en mouvement dans l'image et déclenche l'enregistrement et la sauvegarde des séquences vidéo numériques sur un support informatique. 2 types de matériel sont utilisés en Bretagne :

  • SYSIPAP (Système de suivi informatique des passes à poissons) sur l’Elorn, l’Aulne canalisée et la Vilaine
  • Riverwatcher avec son système de caméra, utilisé sur l’Aulne rivière (suivi du saumon atlantique)

Le comptage par piégeage, quant à lui, consiste à capturer les poissons dans un dispositif approprié installé dans la passe ou à sa sortie et à en effectuer manuellement le dénombrement avant de les relâcher à l'amont. Le piège est généralement constitué d'une cage grillagée ou d'une chambre munie d'un système anti-retour (principe de la nasse) disposé sur le trajet du poisson. En Bretagne, ce système est utilisé au niveau de la station du moulin des Princes sur le Scorff.

Pour chaque lamproie marine comptée, de nombreuses données sont relevées : la date et l’heure de passage, le sens de migration, la taille. Le piégeage apporte des informations complémentaires sur l’individu : le sexe, l’âge et la lecture de marque interne.

Station de contrôle de Châteaulin sur l'Aulne (29)

L'Observatoire aquatique de Châteaulin assure à la fois l'animation du site ouvert au public et le suivi du vidéo-comptage de l'Aulne. Saumons, truites de mer, aloses, lamproies et anguilles sont filmés lors de leurs déplacements.

Configuration site de vidéo-comptage de Châteaulin Vidéo-comptage de Châteaulin Saumon enregistré en vidéo à Châteaulin
Configuration du site : de gauche à droite, on distingue l'écluse, la passe à poissons et le seuil Local de vidéo-comptage accueillant les visiteurs

Saumon passé en mars 2012

Au cœur de Châteaulin (29), sur la rive droite de l'Aulne, après avoir traversé l'écluse, on descend dans le lit de l'Aulne pour observer les poissons qui empruntent la passe à poissons puis passent devant les vitres. À part des échappements possibles par l'écluse ou au niveau du déversoir lors des crues, ce couloir vitré constitue le passage privilégié des poissons en migration.

Au cours de l'année, on y observe successivement la dévalaison des smolts et la montaison des aloses et des lamproies dès le mois d'avril. La période de migration des saumons est plus étendue : les premiers saumons de printemps remontent dès janvier avec un pic observé mi-juillet (pour l'année 2012). Quant aux anguilles, le départ des argentées pour la Mer des Sargasses est concentré en automne lors des coups d'eau.

Le Syndicat Mixte d'Aménagement Touristique de l'Aulne et de l'Hyères est chargé de la gestion et du suivi de cette station de comptage des flux de migration. L'Observatoire aquatique de Châteaulin assure le dépouillement des enregistrements vidéo ainsi que la bancarisation des données de suivi.

Télécharger la fiche descriptive de la station de contrôle des migrations de Châteaulin

Télécharger la plaquette de présentation du Système de Surveillance Informatisé des Passes à Poissons (SYSIPAP, SCEA)

Station de contrôle du Moulin des Princes sur le Scorff (56)

La station du Moulin des Princes se trouve sur le Scorff à la limite entre Pont-Scorff et Cléguer (56). Le suivi mis en place en mai 1994 est aujourd'hui mené conjointement par la FDPPMA du Morbihan et l'INRA.

Station du moulin des Princes

Station de contrôle du moulin des Princes sur le Scorff (56)

L'abri reprend la forme des filets de pêche et du bateau utilisé sur le Scorff jusqu'en 1976 pour pêcher le saumon en estuaire. Sous cet abris se déroulent les opérations de marquage et la collecte des informations sur les poissons piégés.

Le suivi de la station de contrôle du Moulin des Princes sur le Scorff (56) s'intègre dans un programme plus large de suivi de la dynamique de population des saumons mené sur le Scorff. Montaison, reproduction, croissance en rivière, dévalaison des smolts... chaque phase du cycle du saumon est étudiée à partir de données récoltées sur le terrain (comptages, indices d'abondance, marquage...) qui alimente un modèle de dynamique de population. Cette station constitue une référence dans l'étude de la dynamique des populations de saumon Atlantique en France. De nombreuses études scientifiques dirigées par l'INRA ont été réalisées grâce aux données recueillies sur ce site.

"Située en fond d’estuaire à la limite de l’influence des marées, elle permet de contrôler les entrées/sorties de l’ensemble du bassin. Elle dispose d’un double système de piégeage capturant les juvéniles au moment de leur migration vers la mer et les adultes lors de leur retour en eau douce. Cet outil a permis le démarrage d’un programme scientifique dont un des objectifs finalisé est l’évaluation du stock sur un système bien représentatif des cours d’eau à saumon bretons" (Extrait de la page du site de la FDAAPPMA consacrée à la station du Moulin des Princes).

Il s'agit d'un piège partiel des poissons qui montent et qui descendent le Scorff.

Télécharger la plaquette "Le Scorff, un véritable laboratoire de recherche sur le saumon"

La station de contrôle d'Arzal sur la Vilaine (56)

Les passages de migrateurs sont suivis au niveau de la station de vidéocomptage d'Arzal sur la Vilaine en limite d'influence de la marée. Les aloses, les anguilles, les lamproies, les saumons et les truites de mer sont filmés dans les 2 sens.

 La station de vidéo-comptage a été mise en service en 1996 par l'EPTB Vilaine qui assure par ailleurs le suivi.

20191116 barrage dArzal 20191016 observatoire Arzal actualites 2012 N21
Barrage d'Arzal sur la Vilaine
Local de vidéo-comptage accueillant les visiteurs

Lamproie fixée sur une alose (2012)

Télécharger la fiche descriptive de la station de contrôle des migrations d'Arzal

Télécharger la plaquette de présentation du Système de Surveillance Informatisé des Passes à Poissons (SYSIPAP, SCEA)

 

Description de l'indicateur

L'objectif du suivi des effectifs de géniteurs de lamproie marine aux stations de contrôle est double :

  • Evaluer le potentiel reproducteur en rivière de l'espèce,
  • Mieux gérer localement les stocks de lamproies marines.

Pour chaque station de contrôle, l'effectif annuel de lamproies marines correspond au bilan migratoire c'est-à-dire au nombre de lamproies marines comptées dans le sens de la montée auquel est ôté le nombre de lamproies marines comptées dans le sens de la descente.

Mode de calcul et règles d'interprétation de l'indicateur

La situation de l'effectif d'e lamproies marines à une station de contrôle se caractérise par rapport au quantile 90% soit la valeur au-dessous de laquelle se situe 90% des observations depuis le début du suivi. Il a été déterminé 5 classes :
  • ETAT TRES BON : la valeur est supérieure à 80% du quantile 90% de la station de contrôle
  • ETAT BON : la valeur est sesitue entre 60 et 80% du quantile 90% de la station de contrôle
  • ETAT MOYEN : la valeur est sesitue entre 40 et 60% du quantile 90% de la station de contrôle
  • ETAT MAUVAIS : la valeur est sesitue entre 20 et 40% du quantile 90% de la station de contrôle
  • ETAT TRES MAUVAIS : la valeur est inférieure à 20% de la station de contrôle
La tendance récente corespond au taux de variation de l'effectif de l'année N sur la moyenne internanuelle sur les 5 années précédentes de la station de contrôle. 5 classes ont été définies :
  • En forte hausse : la valeur annuelle a augmenté de plus de 20% par rapport à la moyenne interannuelle
  • En hausse : la valeur annuelle a augmenté entre 5 et 20% par rapport à la moyenne interannuelle
  • Stable : la valeur annuelle se situe entre - 5 et +5% de la moyenne interannuelle
  • En baisse : la valeur annuelle a diminué entre 5 et 20% par rapport à la moyenne interannuelle
  • En forte baisse : la valeur annuelle a diminué de moins de 20% par rapport à la moyenne interannuelle

Fiabilité de l'indicateur

Chaque station de contrôle se caractérise par des biais structurels liés à la configuration du site. Dans certaines conditions hydrologiques (débit, marée), l'efficacité maximale des dispositifs de franchissement - donc des stations de contrôle - ne peut pas être assurée. Un certain nombre de lamproies marines peut en effet échapper aux comptages en franchissant l'obstacle sans passer par les passes à poissons ou le piège. 3 niveaux de qualification de la donnée ont été déterminés :

  • Effectif estimé (étude spécifique pour apprécier l’échappement d’une espèce migratrice au niveau d’une station de contrôle)
  • Effectif corrigé (correction du comptage à dire d’experts)  
  • Effectif compté (effectif minimal)  cas des stations de contrôle de Châteaulin sur l'Aulne, du Moulin des Princes sur le Scorff et d'Arzal sur la Vilaine

L'échappement des lamproies marines n'est mesuré sur aucune station de contrôle.

Chaque station de contrôle connaît également des biais ponctuels liés aux arrêts d'enregistrements vidéos ou de piégeage. A partir de la période et le nombre de jours d’arrêt, ces biais peuvent être appréciés chaque année par un indice de fiabilité correspondant au temps de fonctionnement d'une station de contrôle sur la période de migration principale des lamproies marines (du 1er mars au 15 juillet) :

  • Fiabilité élevée : la valeur est supérieure à 66% de la période de migration principale des lamproies marines
  • Fiabilité moyenne : la valeur se situe entre 33 et 66% de la période de migration principale des lamproies marines
  • Fiabilité faible : la valeur est inférieure à 33% de la période de migration principale des lamproies marines

Résultats du suivi des effectifs de lamproies marines aux stations de comptage

A l'échelle de la Bretagne

En cas de difficultés d'affichage, cliquer directement sur la légende de l'illustration.

Situation et tendance récente des effectifs de lamproies marines en 2018

Comme en 2017, l’année 2018 est caractérisée par des effectifs relativement faibles de lamproies marines comptabilisés aux stations de vidéocomptage de la Vilaine et de l’Aulne. Sur la Vilaine, 681individus ont été comptés au niveau de la station de vidéocomptage d’Arzal ce qui correspond à des effectifs de lamproies marines en légère hausse par rapport à 2017 mais très loin des effectifs moyens. Sur l’Aulne, alors que l’année 2016 fût une année record de passage des lamproies marines sur l’Aulne, les effectifs de lamproies marines chutent depuis 2017. 1 702 individus ont été comptés en 2018, année en-dessous de la moyenne 2013-2017.

 

Situation et tendance récente des effectifs de lamproies marines aux stations de comptage en 2018

Effectifs annuel, moyen et maximal de lamproies marines aux stations de comptage en 2018 (la ligne continue noire correspond au maximum connu ; la ligne pointillée grise au quantile 90%)

Rythme de migration des lamproies marines aux stations de comptage en 2018

L’amplitude totale de la migration chez les lamproies marines est faible. En 2018, elle s’étend sur 75 jours sur l’Aulne à 86 jours sur la Vilaine. La moitié des passages a eu lieu en 2018 de manière différé sur les 2 sites étudiés : 29 avril sur la Vilaine et le 18 mai sur l'Aulne. D'ailleurs, 50% des effectifs de lamproies marines passent à Châteaulin sur l'Aulne en 5 jours !

2018 LPM STACOMI boxplot periode de passage

Comparaison des périodes de passages des lamproies marines aux stations de comptage en Bretagne en 2018

Les variations temporelles s’observent en 2018 sur les 2 stations de comptage. Les premiers passages sont observés plus tôt sur la Vilaine que sur l’Aulne. Les remontées de lamproies marines ont été plus précoces sur la Vilaine de l’ordre de :

  • 35 jours pour 5% des effectifs observés (5% des poissons passés le 23 mars à Arzal et le 27 avril à Châteaulin)
  • 26 jours pour 25 % des effectifs observés (25% des poissons passés le 20 avril à Arzal et le 16 mai à Châteaulin)
  • 19 jours pour 50 % des effectifs observés (50% des poissons passés le 29 avril à Arzal et le 18 mai à Châteaulin)

Cet écart s'estompe au fur et à mesure de la saison de migration.

2018 LPM STACOMI Rythme migration cumul

Comparaison des rythmes de migrations des lamproies marines en 2018 au niveau des stations de comptage en Bretagne

Caractéristiques des lamproies marines aux stations de comptage en 2018

Globalement, les lamproies marines sont plus petites sur la Vilaine qur sur l'Aulne. En 2018, les individus mesuraient en moyenne 709 mm à Arzal tandis qu'à Châteaulin, ils mesureaient en moyenne 758 mm.

Longueurs moyennes annuelle, interannuelle et maximale des lamproies marines aux stations de comptage en 2018

Pour en savoir plus : Télécharger la fiche régionale 2018

 Vous pouvez télécharger les rapports annuels de suivi des migrations des poissons migrateurs aux stations de comptage :

A l'échelle des stations de comptage

Télécharger les fiches bassins 2018 :

L'évaluation du potentiel reproducteur des lamproies marines est disponible par année et station de contrôle depuis la mise en place des suivis. La fiche "indicateur" ci-dessous est interactive ; il vous suffit de choisir l'année et le bassin pour visualiser et télécharger les résultats. En cas de difficultés d'affichage, accéder au module interactif sur Tableau public