Effectifs de saumons aux stations de comptage

Les remontées de géniteurs de saumon aux stations de comptage

La quantité de géniteurs et leur âge informent sur la quantité potentielle* de jeunes produite sur chaque bassin versant. Le suivi des remontées a pour objectif de mieux évaluer la survie en mer afin d'adapter si besoin les mesures de protection de l'espèce.

* en l'absence de perturbation, la quantité théorique de smolts peut être calculée d'après la quantité et la taille des femelles

Des géniteurs de saumons remontent chaque année dans des cours d'eau bretons.

23 bassins versants sont fréquemment colonisés par l'espèce qui tente d'accéder aux zones de source pour s'y reproduire. Ci-contre, un saumon capturé dans le Finistère en aval du bassin de l'Aulne.

Saumon atlantique (NostressFishing)

Les quantités de saumons qui remontent les fleuves sont actuellement suivies en 4 sites en Bretagne.

Les stations de suivi sont installées sur des points de blocage des migrations au plus près de l'estuaire. En aval des obstacles, les poissons sont orientés dans des pièges ou des passes. Les effectifs de géniteurs migrants sont évalués dans ces stations. La configuration des sites (espace disponible, usage à respecter, relief...) constitue un élément contraignant de l'aménagement et de la conception des dispositifs de franchissement (passe à poisson). Ces contraintes imposées font que l'efficacité maximale des passes et des pièges ne peut pas être assurée. En outre, il est nécessaire d'évaluer l'échappement. Les plus gros individus peuvent en effet échapper aux comptages en franchissant l'obstacle sans passer par le piège.

Agrandir la carte

Seule la station de contrôle du Scorff fait l'objet d'une estimation de l'efficacité du piège pour la montaison des géniteurs. Le suivi de la station de contrôle du Moulin des Princes sur le Scorff (56) est utilisé comme référence dans l'étude des populations de saumon en France. Un système de marquage individuel permet d'identifier chaque saumon lors de ses migrations anadrome et catadrome au niveau du piège. Des recaptures de géniteurs sont organisées afin d'évaluer la proportion de saumons marqués et non marqués en fin de période de migration.

Le graphique présente les fluctuations des effectifs de saumons en montaison selon les années.

  • De 2004 à 2010, les effectifs de l'Aulne et du Scorff sont très semblables et suivent les mêmes évolutions. Seule l'année 2006 se distingue avec des remontées supérieures sur le Scorff. Pour tous les bassins suivis, 2004 et 2010 apparaissent comme les meilleures années de montaison. La taille du bassin de l'Aulne (1821km²) presque 4 fois supérieure à celle du Scorff (480km²) pourrait laisser supposer des effectifs de remontées très supérieurs sur l'Aulne. Le degré d'anthropisation de ce fleuve lié à sa canalisation est à l'origine de nombreuses perturbations de l'Aulne (augmentation de la température de l'eau, suppression d'habitats d'eau courante, obstacles aux migrations, etc.).
  • Les effectifs de remontée présentent des variations différentes sur l'Élorn qui se maintient à un bon niveau depuis le début du suivi en 2007.
  • Sur le Couesnon, le programme de restauration du saumon a été efficace puisque les retours de géniteurs se maintiennent à une moyenne de 49 saumons entre 1994 et 2010.
  • Le résultat du suivi des saumons étant anecdotique sur la Vilaine, il ne figure pas sur le graphique. Sur la Doufine, les données de suivi ne sont pas exploitées à l'heure actuelle.

Les stations de l'Aulne, de l'Élorn et de la Vilaine sont équipées d'un Système de Surveillance Informatisée des Passes à Poissons (SYSIPAP, SCEA). Ce système est constitué de 2 logiciels : l'un détecte et enregistre les passages d'organismes (poissons ou autres) devant la paroi vitrée ; l'autre lit et saisit les informations. Il permet de dénombrer les individus en migration anadrome et catadrome qui transitent via la passe à poissons.

Télécharger la plaquette de présentation de SYSIPAP (SCEA)

Une information utile mais incomplète

Il est utile de connaître la mortalité aux étapes successives du cycle biologique. Cela permet d'identifier les facteurs les plus impactants sur la survie lors des stades successifs.

Les effectifs de géniteurs en montaison fournissent des informations à la fois sur la survie en mer et sur le potentiel reproducteur en rivière.

Plusieurs suivis permettent d'évaluer la quantité de smolts qui partent en mer. Les résultats montrent que, pour le saumon de l'Atlantique Nord, les principaux problèmes se trouvent en mer. Compte tenu des difficultés à résoudre les problèmes qui résident en mer, il convient d'améliorer la survie de l'espèce en eau douce.

  1. Sur le Scorff (56)
  2. Sur la Loysance (35)
  3. Sur l'Elorn (29)
  4. Sur l'Aulne (29)

La station du Moulin des Princes se trouve sur le Scorff à la limite entre Pont-Scorff et Cléguer (56). Le suivi mis en place en mai 1994 est aujourd'hui mené conjointement par la FDPPMA du Morbihan et l'INRA.

Station du moulin des Princes

Station de contrôle du moulin des Princes sur le Scorff (56)

L'abri reprend la forme des filets de pêche et du bateau utilisé sur le Scorff jusqu'en 1976 pour pêcher le saumon en estuaire. Sous cet abris se déroulent les opérations de marquage et la collecte des informations sur les poissons piégés.

Cette station constitue une référence dans l'étude de la dynamique des populations de saumon Atlantique en France. De nombreuses études scientifiques dirigées par l'INRA ont été réalisées grâce aux données recueillies sur ce site.

"Située en fond d’estuaire à la limite de l’influence des marées, elle permet de contrôler les entrées/sorties de l’ensemble du bassin. Elle dispose d’un double système de piégeage capturant les juvéniles au moment de leur migration vers la mer et les adultes lors de leur retour en eau douce. Cet outil a permis le démarrage d’un programme scientifique dont un des objectifs finalisé est l’évaluation du stock sur un système bien représentatif des cours d’eau à saumon bretons" (Extrait de la page du site de la FDAAPPMA consacrée à la station du Moulin des Princes).

Il s'agit d'un piège partiel des poissons qui montent et qui descendent le Scorff.

Télécharger la plaquette "Le Scorff, un véritable laboratoire de recherche sur le saumon"

Résultats du suivi des migrations de géniteurs

Les effectifs estimés de castillons sont systématiquement supérieurs aux effectifs de saumons de printemps. Depuis 2011, les proportions de saumons de printemps augmentent. Ce résultat est encourageant pour les saumons du Scorff car les plus gros individus sont également les meilleurs reproducteurs.

Evolution du nombre de retours de saumons de printemps (PHM) estimés sur le Scorff de 1995 à 2015 (Source : INRA) - PHM = poisson ayant passé plusieurs hivers en mer, communément appelé saumon de printemps

Evolution du nombre de retours de castillons (1HM) estimés sur le Scorff de 1995 à 2015 (Source : INRA) - 1HM = poisson ayant passé un hiver en mer, communément appelé castillon

Le taux d'échappement des saumons qui échappent au piège est calculé chaque année grâce aux recaptures de géniteurs réalisées en hiver. Ce taux d'échappement permet d'estimer les effectifs de saumons adultes.

Télécharger le diaporama des résultats bruts du suivi depuis 1993 (Source : INRA)

Télécharger le bilan du suivi du stock de saumon sur le Scorff - Synthèse 1994 - 2016 (Source : FDPPMA 56 / INRA

La station de piégeage d'Antrain a fait l'objet d'un suivi pendant 20 ans. Elle avait pour objectif de suivre la population de saumon dans le cadre du programme de restauration de l'espèce sur le bassin du Couesnon.

Le suivi concernait les géniteurs en montaison ainsi que les smolts en dévalaison.

Passe à poissons d'Antrain Piège d'Antrain
Passe à poissons et local de piégeage des adultes, de mesure et de marquage Piège de dévalaison des smolts

La station était située en aval de la Loysance, un affluent en rive droite du Couesnon dont la confluence à la mer se situe en baie du Mont-Saint-Michel (Accéder à la page sur les bassins versants). Le suivi a été réalisé de1990 à 2010. Cette station de piégeage des salmonidés n'est plus utilisée actuellement.

Télécharger le rapport de suivi des migrations à la station de comptage d'Antrain (FDAAPPMA 35)

Télécharger l'étude bilan du programme de restauration du saumon atlantique sur le bassin versant du Couesnon

Voir la vidéo de l'Espace des sciences - Carnet de terrain d'Arnaud Guérin "Attraper un saumon, le peser et le mesurer à la station de comptage d'Antrain sur la Loysance" (juillet 2010)

 

Le saumon atlantique 4 par Espacedessciences

 

Les passages de migrateurs sont suivis au niveau de la station de vidéocomptage de Kerhamon sur l'Élorn à 16km de la mer et à 2km de la zone d'influence de la marée. Les aloses, les anguilles, les lamproies, les saumons et les truites de mer sont filmés dans les 2 sens.

Pannea_Kerhamon Passe_Kerhamon Vitre-vidéo_Kerhamon

Panneau de présentation

de la station

et de suivi des comptages

Passe à ralentisseurs plans

                 Local enterré

          d'enregistrement vidéo

La station de vidéo-comptage a été aménagée en 2007 par la FDPPMA du Finistère pour faire suite à un piège existant depuis 1979. La FDPPMA en assure le suivi dont elle confie l'analyse au bureau d'étude SCEA qui a aménagé le dispositif.

Télécharger la fiche descriptive de la station de comptage des migrations de Kerhamon (STACOMI)

Télécharger la plaquette de présentation du Système de Surveillance Informatisé des Passes à Poissons (SYSIPAP, SCEA)

Résultats du suivi des migrations de géniteurs de saumon

Effectif de saumons estimés à la station de vidéocomptage de Kerhamon sur l'Elorn depuis 2007* (Source : FDAAPPMA 29)

La chronologie du suivi de Kerhamon est trop courte pour observer des tendances. On peut toutefois souligner les nombreux retours de géniteurs en 2010. 2011 est une année qui se distingue des autres avec une forte proportion de saumons de printemps dans les retours : 40,8% des géniteurs remontés en 2011 sont des saumons de plus de 70cm alors que les autres années, ce taux varie entre 12,9 et 27,8%.

Résultats du suivi des migrations des "ravalés"

Après la reproduction, certains saumons "ravalés" empruntent la passe lors des coups d'eau. Ils ont été dénombrés : 26 en 2008, 25 en 2009, 28 en 2010 et 75 en 2011. La proportion de ravalés dénombrés en vidéo-comptage est de 5,5% des quantités dénombrées en montaison. Cette quantité de ravalés correspond à un effectif minimal puisque certains poissons passent par dessus le barrage lors de fortes eaux.

* Mise en service le 27/04/2007 puis réglage du système de comptage

Télécharger le rapport de suivi des migrations en vidéo-comptage à Kerhamon en 2017 (FDAAPPMA 29)

Sur le bassin versant de l'Aulne, 2 dispositifs de comptage permettent de suivre la dynamique des populations migratrices amphihalines :

  • Vidéo-comptage au niveau de la passe à poissons de Châteaulin sur l'Aulne, installé depuis 1999 et géré par le SMATAH (toutes espèces)
  • Vidéo-comptage au niveau de la passe à poissons de moulin Neuf sur l'Aulne rivière, installé depuis 2015 et géré par la FDPPMA 29 (saumons)

Localisation des dispositifs de comptage sur le bassin de l'Aulne (BGM)

Vidéo-comptage au niveau de la passe à poissons de Châteaulin sur l'Aulne

L'Observatoire aquatique de Châteaulin assure à la fois l'animation du site ouvert au public et le suivi du vidéo-comptage de l'Aulne. Saumons, truites de mer, aloses, lamproies et anguilles sont filmés lors de leurs déplacements.

Configuration site de vidéo-comptage de Châteaulin Vidéo-comptage de Châteaulin Saumon enregistré en vidéo à Châteaulin
Configuration du site : de gauche à droite, on distingue l'écluse, la passe à poissons et le seuil Local de vidéo-comptage accueillant les visiteurs

Saumon passé en mars 2012

Au cœur de Châteaulin (29), sur la rive droite de l'Aulne, après avoir traversé l'écluse, on descend dans le lit de l'Aulne pour observer les poissons qui empruntent la passe à poissons puis passent devant les vitres. À part des échappements possibles par l'écluse ou au niveau du déversoir lors des crues, ce couloir vitré constitue le passage privilégié des poissons en migration.

Au cours de l'année, on y observe successivement la dévalaison des smolts et la montaison des aloses et des lamproies dès le mois d'avril. La période de migration des saumons est plus étendue : les premiers saumons de printemps remontent dès janvier avec un pic observé mi-juillet (pour l'année 2012). Quant aux anguilles, le départ des argentées pour la Mer des Sargasses est concentré en automne lors des coups d'eau.

Le Syndicat Mixte d'Aménagement Touristique de l'Aulne et de l'Hyères est chargé de la gestion et du suivi de cette station de comptage des flux de migration. L'Observatoire aquatique de Châteaulin assure le dépouillement des enregistrements vidéo ainsi que la bancarisation des données de suivi.

Télécharger la fiche descriptive de la station de vidéo-comptage de l'Aulne (STACOMI)

Télécharger la plaquette de présentation du Système de Surveillance Informatisé des Passes à Poissons (SYSIPAP, SCEA)

Résultats du suivi des migrations de géniteurs

Effectif de saumons observés à la station de vidéocomptage de Châteaulin sur l'Aulne de 1999 à 2015(source : SMATAH)

Ce graphique montre l'évolution comparable des arrivées de saumons dans le fleuve et des quantités capturées à la ligne. D'après ces estimations, la proportion de poissons capturés à la ligne est constante quelle que soit la quantité de géniteurs qui arrivent dans l'Aulne.

L'allure générale de ce graphique présente des quantités de saumons qui ne cessent de diminuer depuis le milieu des années 1990.

Télécharger le bilan des études et actions de restauration du saumon sur l'Aulne (Dartiguelongue pour BGM, 2012)

Télécharger le suivi des migrations de l'Aulne en 2016 (SMATAH)

Télécharger le synthèse des migrations sur l'Elorn et sur l'Aulne en 2011 (FDPPMA 29)

Vidéo-comptage au niveau de la passe à poissons de moulin Neuf sur l'Aulne rivière

Une station mobile de comptage des poissons migrateurs de type Riverwatcher (troisième installé en France), est en fonctionnement depuis novembre 2015 sur le seuil de Moulin Neuf au niveau de la passe à poissons sur l'Aulne rivière.

Riverwatcher en cours d'installation au niveau de la passe à poissons de moulin Neuf sur l'Aulne rivière (FDPPMA 29)

Le comptage des poissons repose sur deux dispositifs : un scanner qui détecte le passage d'un poisson et une caméra. Lorsqu'un poisson traverse le scanner, la transmission entre deux types de LED infrarouge est interrompue. Automatiquement, le riverwatcher enregistre une image et déclenche simultanément un enregistrement vidéo.Il est ainsi possible de connaître la date et l'heure de passage, la taille, la vitesse et le sens de déplacement du poisson. Une liaison internet permet de consulter en direct ces informations.

(cliquer sur l'image pour visualiser un saumon en migration filmé par le Riverwatcher)

Ce dispositif vient en complément du comptage réalisé plus en aval à Châteaulin. La mise en perspective des résultats des deux sites devrait apporter des informations précieuses notamment sur la migration réelle des saumons sur l'Aulne canalisée.

Télécharger le rapport de suivi des migrations de saumons au niveau de Moulin Neuf sur l'Aulne rivière en 2016 (FDAAPPMA 29)

Pour plus d'information : Fédération départementale pour la pêche et la protection du milieu aquatique du Finistère