Pressions et menaces qui pèsent sur les saumons

En raison du changement global du climat, la phase de vie marine est la période la plus incertaine du cycle biologique de ces espèces.

Localisation des îles Féroé : un lieu important d'engraissement du saumon de l'Atlantique Nord

Localisation des îles Féroé

Un grand nombre d'études sur la biologie du saumon atlantique a été mené sur sa phase de vie en eau douce. On connaît aujourd'hui les principaux facteurs limitant la réussite de la reproduction, le développement des œufs dans les frayères et la croissance des tacons.

Les scientifiques s'accordent pour dire que le problème se situe en mer. Cela ne veut pas dire qu'il faut cesser les efforts de protection de l'espèce en eau douce, au contraire ! Le temps de réponse des mesures prises en eau douce est très court en comparaison des solutions à apporter pour limiter le réchauffement de la planète qui influence la survie en mer. A titre d'exemple, l'effacement d'un obstacle permet dès l'hiver suivant de coloniser les zones de frayère potentielles situées à l'amont. Quoi que l'on fasse, les effets du changement climatique sont d'ores et déjà importants et le retour à la situation antérieure n'est pas envisageable à court terme. Il est cependant absolument nécessaire de cesser ou du moins de ralentir de façon non négligeable la production de gaz à effet de serre.

Les générations de saumons de l'Atlantique Nord et de truites de mer se renouvellent en quelques années. Ces populations sont donc capables de répondre rapidement aux mesures prises (en comparaison des anguilles dont le cycle de vie est en moyenne deux fois plus long). Ces populations peuvent réagir en apportant des réponses dans des délais relativement brefs.

Agrandir l'image

 

Les activités humaines ont des effets sur l'état des milieux.

 

Et, par conséquent, sur leur capacité à accueillir les espèces.

 

Le saumon atlantique et la truite de mer font l'objet de pêcheries en eau douce et en mer.