Les aloses

Un passage en eau douce bref mais vital !

 

Alose du Trieux (FDPPMA 22)

 

Pendant les mois du printemps et d'été se déroulent successivement la montaison des adultes, la reproduction et la dévalaison des jeunes. Les aloses ne séjournent pas longtemps en eau douce. Quelques mois après leur naissance, les jeunes alosons prennent déjà la route de l'estuaire.

 

Les aloses sont menacées

Les deux espèces d'aloses présentes en Bretagne sont classées comme vulnérables en France par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

 

Classement UICN Aloses

La plus grande attention doit être apportée à ces 2 espèces en raison des fluctuations actuelles du milieu marin lié au dérèglement global du climat.

 

 

Cliquer sur l'image pour télécharger le panneau

 

 

Télécharger le panneau :

 

"Aloses,

un passage en eau douce bref mais vital"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour connaître les critères de distinction de la grande alose et de l'alose feinte : télécharger la fiche

 

 

Aidez-nous à mieux connaître les captures d'aloses en eau douce et les pratiques de la pêche de l'alose

 

Les Fédérations de pêche de Bretagne et BGM lancent des enquêtes pour mieux connaître les captures d'aloses en eau douce et les pratiques des pêcheurs.

 

Cette enquête est à compléter en fin de saison de la période de pêche de l'alose.

 

Si vous avez fait des sorties de pêche ciblant l'alose mais êtes revenu "bredouille", cette enquête vous concerne également.

 

Pour y participer

 

Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi compléter un carnet de capture pour chacune de vos sorties de pêche.

 

Télécharger le carnet de capture

 

Les carnets seront à nous renvoyer par mail à l'adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. avant le 30 juin 2017.

 

Merci pour votre contribution à nos travaux !

 

 

 

Les aloses sont de bonnes nageuses mais ne présentent pas d'aptitude au saut. Elles ne sont donc pas capables de franchir les obstacles aménagés sur les axes de migration vers les frayères.

 

 

Agrandir la carte

 

 

Elles sont donc contraintes de frayer à l'aval des obstacles. Les bulls constituent des indices de présence de cette espèces.

 

 

Études réalisées en Bretagne au sujet des aloses :

 

Suivi de la reproduction de l'alose sur le Blavet et de sa capture par pêche à la ligne en 2012 (FDPPMA 56)

 

Synthèse du suivi de la population d'alose présente sur le cours du Trieux en 2009 et 2010 (FDPPMA 22)

 

Suivi des migrations d'aloses dans les stations de comptage

 

Suivi des migrations sur la Vilaine (56)

 

Suivi des migrations sur l'Elorn (29)

 

Suivi des migrations sur l'Aulne (29)

 

 

Tébéo - Chronique nature du 12.10.10 (Elorn et alose) from Eau & Rivières de Bretagne on Vimeo.

 

Description

Croquis Alosa_Filleul

 

Les aloses présentent une silhouette très semblable à celle d'une sardine ou d'un hareng, ses proches cousins. On les reconnait en particulier grâce aux taches noires alignées sur les flancs, à leurs grandes écailles et à la présence d'une carène ventrale (sorte de bourrelet dur sur le ventre).

 

 

 

 

Aloson_Filleul

 

 

 

 

 

 

Cette image montre les écussons ventraux qui sont une synapomorphie des Clupéiformes.

 

Ces écussons forment la carène ventrale, ligne dure au toucher, qui permet de distinguer les juvéniles de sprat des juvéniles d'alose.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux espèces du genre Alosa sont présentes en Bretagne : la grande alose (Alosa alosa, Linné - 1758) et l'alose feinte (Alosa fallax, Lacepède - 1803). Pour les distinguer de façon certaine, il est nécessaire d'examiner l'alignement des écailles sur la ligne latérale et d'ouvrir grand la bouche (photo ci-dessous) pour observer la densité des branchiospines.

 

 

Alose feinte_ONEMA Grande alose_ONEMA

 

ALOSE FEINTE

 

GRANDE ALOSE

 

L'alose feinte dépasse rarement 64cm de longueur totale. La grande alose atteint fréquemment 70cm.  

 

Agrandir l'image Agrandir l'image

Alose feinte :

moins de 50 branchiospines

Grande alose :

plus de 84 branchiospines

 

 

 

 

Télécharger la fiche de distinction des deux espèces d'aloses

 

Plus d'informations sur les Clupéidés sur le web.

 

Répartition

 

La répartition actuelle des aloses en Europe est très différente de la répartition originelle.

 

Les deux espèces d'aloses s'étendaient originellement sur toutes les côtes Atlantiques de la Norvège au Maroc. La répartition est aujourd'hui très réduite du fait des activités anthropiques. Les aloses ont en effet complètement disparu de certains fleuves en particulier du fait de la construction de barrages. D'autres impacts de l'activité humaine ont conduit à la raréfaction de ces espèces : dégradation de la qualité de l'eau et extraction de granulats.

 

 

Agrandir la carte

 

Répartition des aloses en Europe (Source : Sabatié, 2011)

 

L'aire de répartition de la grande alose s'est beaucoup plus réduite que celle de l'alose feinte. Au Nord, l'Elbe, le Rhin, la Meuse et la Seine semblent désertés par la grande alose. De même, au Sud, l'espèce est éteinte sur les fleuves marocains du Sud. L'aire de répartition de cette espèce s'est donc réduite à la fois par le Nord et par le Sud.

 

Haut de page

Biologie

 

Les aloses sont des migrateurs amphihalins qui se reproduisent en eau douce en période estivale et grandissent en mer. Les aloses vivent en moyenne de 4 à 5 ans. Elles sont généralement semelpares mais certaines peuvent se reproduire plusieurs fois. 

 

La reproduction a lieu entre mai et juin sur nos côtes. Les mâles et les femelles se rassemblent par dizaine sur des zones choisies afin d'assurer le meilleur succès de leur reproduction. Les frayères sont décrites très précisément : les bulls sont observés à des hauteurs d'eau de 1 à 2m avec une vitesse de courant suffisante pour amener les œufs à se déposer dans des cailloux bien oxygénés, lieux d'incubation optimale. Il arrive cependant que des bulls soient observés dans des zones très différentes à l'aval des barrages. Il s'agit alors de frayères forcées qui ne garantissent pas le succès de la reproduction.

 

Les couples d'aloses ont un comportement très particulier : ils effectuent des ronds à la surface de l'eau qui produisent des éclaboussures sonores appelées bulls. Un bull correspond ainsi à l'expulsion et au mélange des gamètes mâles et femelles. 

 

Agrandir l'image

 

 

 

 

L'accouplement des mâles et des femelles offre un spectacle sonore chaque nuit vers 2-3h du matin lorsque l'eau atteint la température adéquate.

 

 

 

 

 

 

L'incubation dure environ une semaine. Au moment de l'éclosion, les œufs mesurent moins de 5mm. La larve qui en sort mesure de 5 à 10mm (7-12mm pour la grande alose, 5-8mm pour l'alose feinte). Les larves sont lucifuges et n'ont pas encore de vessie natatoire mature ; elles ne sont donc pas capables de se déplacer dans la colonne d'eau et vivent par conséquent dans le fond des cours d'eau à l'abris des cailloux où les faibles vitesses de courant leur évitent d'être emportées. Au bout de 15 à 20 jours, elles se métamorphosent en alosons. Les jeunes alosons gagnent l'estuaire en quelques semaines selon la distance entre la frayère et la limite de salure des eaux.

 

Aloson_FDPPMA 56

 

 

Aloson de 60 mm capturé sur le Blavet le 09/10/2012

(Source : FDPPMA 56)

 

 

 

 

 

Aloson-Vilaine-Sept2013_SCE

 

 

 

 

 

 

Aloson de plus de 100 mm capturé sur la Vilaine le 16/09/2013

(Source : SCE)

 

 

 

 

 

 

 

La croissance a lieu en mer. Elle varie selon la quantité de nourriture disponible et la température. Les courants marins situés au large du Maroc apportent une nourriture abondante toute l'année à une latitude où la température de l'eau est optimale (14-18°C). Les aloses marocaines ont donc une croissance plus rapide qu'ailleurs.

 

Les aloses sont bonnes nageuses. En revanche, elles ne sont pas aptes au saut. La construction de barrage et de seuils a donc porté un coup fatal à ces espèces qui n'avaient alors plus la possibilité d'atteindre les sites de fraie. C'est ce qui a conduit à la raréfaction de l'espèce sur de nombreux bassins versants et à la chute de effectifs.

 

Ces espèces ne sont pas solitaires. Dès leur plus jeune âge, les alosons sont grégaires et on les rencontre le plus souvent en banc en mer.

 

 

Agrandir le cycle

 


Haut de page

Habitat

 

Les jeunes aloses vivent sur le littoral pendant leurs deux premières années de vie. Elles s'éloignent ensuite des côtes. Les aloses feintes sont fréquemment rencontrées à des profondeurs de moins de 20m tandis que les grandes aloses s'éloignent davantage, atteignant parfois 300m de profondeurs pour les plus grands individus.

 

Régime alimentaire

 

La grande alose est planctonophage. Elle se nourrit en réalité plutôt de zooplancton. Les plus grandes avalent parfois des petits poissons grégaires.

Par comparaison, l'alose feinte est davantage piscivore. Elle apprécie en particulier les jeunes anchois.

 

 

Télécharger la fiche complète de description des aloses (S. Collin, 2010)

 

 


 

 

 

Sources bibliographiques :

 

 

Couverture du livre sur les aloses

 

 

"Les aloses (Alosa alosa et alosa fallax spp.) : écobiologie et variabilité des populations"

Pierre Elie et Jean-Luc Baglinière 

 

INRA Éditions (ISBN : 2-7380-0906-9)

 

 

 

 

 

 

 

Livre_Poissons-de-mer

 

 

"Poissons de mer, guide scientifique à l'usage des pêcheurs de France et d'ailleurs"

A. Filleul

Editions Larivière, 2001 (ISBN : 2-914205-20-1)