Biologie du saumon atlantique

Le cycle biologique du saumon atlantique se déroule alternativement en eau douce et en mer. Les saumons naissent tous en eau douce. En Bretagne, les jeunes saumons restent 1 à 2 ans en eau douce. En Scandinavie, ils restent jusqu'à 4-5 ans en eau douce en raison d'une croissance plus lente du fait de températures plus basses. Les saumons les plus âgés peuvent vivre jusqu'à 6 ans.

Saumon cycle de vie

Selon leur âge, les géniteurs de saumons remontent les fleuves à différentes périodes. Les plus âgés sont les plus grands individus ; ils sont de meilleurs reproducteurs. On les appelle saumons de printemps car ils colonisent les eaux douces majoritairement au printemps ; les scientifiques les qualifient parfois de poissons de "plusieurs hivers de mer". Les plus jeunes reviennent en eau douce un an après la dévalaison des smolts. On les appelle communément des castillons ou poissons d'un hiver de mer.

Photo de saumon de printemps

Saumon de printemps piégé dans la station de suivi du Scorff (INRA)

Photo de bécard capturé de nuit sur le Scorff

Bécard capturé de nuit dans le cadre du suivi de piégeage du Scorff (INRA)

En décembre, les mâles et les femelles se rejoignent sur les radiers, zones courantes de faible profondeur et à granulométrie grossière, afin d'y aménager leurs frayères. En Bretagne, les saumons parcourent de faibles distances pour rencontrer ces secteurs, dont les plus aval se situent non loin de la mer, contrairement à la Loire, la Garonne ou de la Dordogne.

La reproduction a lieu en décembre et janvier selon les conditions hydrologiques. Les couples enfouissent leur ponte dans les cailloux et les graviers des zones courantes bien oxygénées. Les œufs se développent en 440 degrés jours, c'est-à-dire que si la température journalière moyenne de l'eau est de 10°C, l'incubation durera 44 jours. A l'éclosion, les alevins vésiculés demeurent dans les frayères jusqu'à résorption de leurs réserves vitellines.

Agrandir la photo

Saumon sur frayère en décembre sur le Scorff (56)

Les alevins émergent en mars-avril puis restent sur les radiers pendant un an avant de se métamorphoser en smolt apte aux conditions de vie en mer (salinité, obscurité, ...).

Agrandir la photo Agrandir la photo
Tacon à l'abri derrière un caillou

Banc de tacons

 

Photo_tacon_BGM

 Tacons inventoriés lors d'une pêche d'indice d'abondance en septembre.

Les tacons mesurent généralement entre 7 et 10cm environ 5 mois après l'éclosion selon les années et selon les bassins versants en Bretagne. Des tacons de plus d'un an peuvent également être capturés lors de ces échantillonnages ; ils mesurent alors entre 14 et 18cm.

On distingue nettement les marques sombres en doigts de gant sur les flancs ainsi que les nageoires pectorales développées qui leur confèrent une forte aptitude à la nage.

Dès l'émergence, les jeunes tacons sont territoriaux : chacun a besoin d'une surface minimale qui lui garantisse les ressources alimentaires et le repos. Les tacons vivent en eau douce environ un an puis se transforment en smolts. De profonds changements de leur métabolisme s'opèrent lors de la smoltification. Certains caractères sont visibles : leurs yeux grossissent afin de s'adapter à l'obscurité, leur peau s'épaissit en réponse à la pression osmotique de l'eau salée et ils prennent une robe argentée. D'autres le sont moins : ils perdent leur comportement territorial et se rassemblent en bancs. En avril de l'année suivante, tous les smolts quittent l'eau douce.

Les smolts se dirigent alors vers les zones d'engraissement au Nord de l'Océan Atlantique où la nourriture est abondante. Ils reviendront après un ou deux ans en eau douce pour se reproduire.

Voir la vidéo réalisée par Yvon Le Gars, Aber Image pour la Maison de la Rivière à Sizun sur le cycle de vie du saumon

Le changement global du climat a de nombreuses conséquences sur les migrateurs amphihalins. Les plus connues sont :

  • la diminution de la salinité liée à la fonte des glaciers au niveau des zones d'engraissement
  • la modification des courants océaniques
  • l'augmentation de la température de l'eau à l'aval des fleuves
  • la diminution de la production primaire du milieu océanique

Des études sont menées afin d'évaluer les effets du changement climatique sur les saumons. Les interrogations concernent la maturation précoce possible en raison de l'augmentation de la température de l'eau et de l'amplitude de variation des débits en eau douce. Les interrogations concernent également les modifications des âges de retour en eau douce en raison de conditions de croissance moins favorables en mer. Les saumons qui reviennent du milieu marin sont en effet de plus en plus petits. Leur taille inférieure à ce qu'elle était auparavant diminue les capacités des géniteurs à franchir les obstacles pour atteindre les sites de reproduction.

On constate également que les mâles sont mâtures de plus en plus précocement en eau douce. "La maturation sexuelle n'étant pas antagoniste de la smoltification" (J.L. Baglinère, com.pers.), l'une des conséquences est qu'une fois mâtures sexuellement, les saumons ne partent pas en mer et qu'étant plus petits, ils ont une part moindre dans la reproduction (semence moins performante et en moindre quantité). Par exemple, un saumon de 4 ans a été observé sur le Scorff alors qu'il ne s'était pas encore reproduit.

Le dérèglement climatique a des conséquences à la fois en mer et en rivière à chaque étape vitale du cycle de vie du saumon.

Télécharger le diaporama sur les effet du changement climatique sur le saumon atlantique : d'une perspective individuelle aux dynamiques populationnelles (C.Piou et E.Prevost, 2010)

Télécharger l'étude sur la modification du comportement du saumon de l'atlantique face au réchauffement climatique et à la pollution (S.Fuentes et J. Bon Mardion, 2011

Habitat

Les jeunes saumons vivent non loin des frayères où ils sont nés. Il s'agit de zones courantes de granulométrie grossière bien oxygénées. Étant prédateurs, ils se cachent derrière des cailloux ou autre abris et guettent l'arrivée de proies.

Les saumons adultes peuvent séjourner plus ou moins longtemps à l'aval des fleuves ou dans les estuaires en attendant des conditions de débits et de température favorables.

Régime alimentaire

En rivière, les tacons se nourrissent essentiellement d'invertébrés.

Dans les zones d'engraissement situées entre le Groenland et les îles Féroé, le saumon se nourrit principalement de poissons et de crustacés. C'est la consommation de crustacés (riches en caroténoïdes) qui leur donne une couleur 'saumonée'. A son arrivée en eau douce, le saumon cesse de s'alimenter.

Télécharger la fiche de description complète du saumon atlantique (S. Collin, 2010)

Lire l'article sur l'origine natale des poissons migrateurs gravée dans une pierre d'oreille - Test sur quelques rivières bretonnes (actualité juin 2016)


 Pour aller plus loin...

Couverture_Atlas-poissons-eau-douce_2011

 

"Les poissons d'eau douce de France"

Coordinateurs : Philippe Keith, Henri Persat, Eric Feunteun et Jean Allardi

Biotope Éditions (ISBN Biotope : 978-2-914817-69-1)

Livre_Poissons-de-mer

"Poissons de mer, guide scientifique à l'usage des pêcheurs de France et d'ailleurs"

A. Filleul

Editions Larivière, 2001 (ISBN : 2-914205-20-1)